etape-implantation-4

Les 4 étapes clés d’une bonne implantation

Une nouvelle collection est arrivée, mais vous ne savez pas comment l’implanter ?

« Par quel bout commencer » et « comment m’y prendre » 
sont les questions qui vous préoccupent ?

Pas de panique, je vous donne quelques étapes clés pour réaliser une bonne implantation.

Dans cet article, mon exemple est basé sur une implantation d’objets décoratifs,
mais la méthode peut être appliquée pour tous autres produits.

.

—————————————————————————-
Bienvenue sur Les secrets du Merchandising !
Vous voudrez sans doute bénéficier de mon outil de diagnostic gratuit qui se compose de
30 questions et actions pour comprendre et améliorer le merchandising de votre commerce ?!
N’attendez plus, cliquez ici pour télécharger le bonus gratuitement ! 🙂
—————————————————————————-

.

Etape 1 : Choisir l’endroit et le mobilier

Vous devez commencer par choisir l’emplacement idéal pour votre implantation.

  • Les produits de saison ou de la nouvelle collection :  ne cherchez pas longtemps, mettez-les devant bien en avant, dès l’entrée du magasin, voir dès la vitrine. (Lire l’article mes 10 conseils pour réaliser une vitrine attractive)
    .
  • Les produits essentiels :  vous pouvez soit les mettre en association avec des nouveautés, soit dans un espace « froid », car les essentiels sont en général des produits de complément et qui sont naturellement recherchés par vos clients. Ainsi, vous n’avez pas besoin de les mettre en zones chaudes, ni de manière trop visible.
    .
  • Les 20/80, soient vos meilleures ventes :  vous les mettez en zones visibles, « chaudes », à hauteur des yeux et pas très loin de l’entrée ou de l’allée de circulation principale. Ces produits doivent être sur le chemin parcouru par vos clients.
    .
  • Les anciennes collections : il faut parfois faire des choix. S’il vous reste de vieilles collections ne cherchez pas à les mettre plus en avant que le reste. Si elles ne se vendent attendez les soldes. Ainsi, soit vous les rentrez en stock pour gagner en place et en lisibilité, soit vous leur dédiez un espace dans une zone « froide ».

.

Ensuite, choisissez le mobilier et les supports nécessaires. Adaptez votre présentation à vos produits en choisissant de les plier, suspendre, mettre de face, de profil, à plat, sous vitrine, sur un présentoir… Et prenez en compte leur taille, leur poid et leur packaging.

.

.

Dans mon exemple, j’ai dégagé 2 mètres linéaires pour implanter ma nouvelle collection. Je l’ai installée au début du rayon dans le sens de circulation afin qu’elle soit bien visible du client. J’ai tout d’abord défini la hauteur de chaque niveau de tablettes en fonction des produits. Ensuite, j’ai choisi d’utiliser des tapis anti dérapants et des râteliers en plastique pour présenter des cadres muraux en bois. En amont, j’ai également installé des fonds en finitions bois pour rendre la présentation plus chaleureuse.

.

Etape 2 : Faire un « musée »

Cette phase est pour moi la plus importante pour bien réussir votre installation. Vous allez sélectionner à minima 1 produit de chaque référence que vous devez implanter. Sachez, que vous pouvez en prendre 2 ou 3 en fonction de vos quantités reçues ou votre stock déjà présent. De ce fait, vous devez prendre en compte l’espace en profondeur, surtout si ce sont des produits volumineux. Très vite vous allez vous rendre compte de la disponibilité restante. Il sera alors peut-être nécessaire de doubler, tripler la présentation de certains articles.

Une fois que votre « musée » est réalisé, vous allez installer les produits dans votre zone comme un « facing » (action de disposer ou rapprocher des produits pour faire directement face au client dans un magasin). Vous allez alors rythmer votre présentation. Mon astuce est de commencer par les plus gros produits, les plus lourds et les plus volumineux. Ainsi, ils bénéficieront de plus de place et seront mieux visibles pour vos clients.

.

Une fois cette étape réalisée, vous allez répartir vos produits par cohérence d’utilité et de besoin, si vous avez des produits qui s’associent ou qui sont complémentaires, qui ont les mêmes couleurs ou qui au contraire sont opposés, en fonction des matières ou du style… Bref adaptez vos choix à votre cible client.

.

.

Dans mon exemple, j’ai trié ma palette de produits. J’avais uniquement un carton par référence. En revanche, je me suis aperçue que certains produits au packaging volumineux, ou en grande quantité, devaient être doublés pour ne plus avoir de stocks en réserve. J’ai donc sélectionné 1 article de chaque référence et décidé de doubler 7 d’entre elles.

Ensuite, j’ai commencé par l’étage le plus bas où j’ai mis les plus grosses pièces. J’ai ensuite rempli l’étage du haut où j’ai doublé certaines de ces mêmes références. J’ai intégré les produits qui étaient grands comme les guirlandes lumineuses ou le support de porte-clés.

Pour les 3 niveaux du milieu, j’ai essayé d’établir une cohérence de produits par besoin et univers.
Si vous prenez l’étage 4 (l’avant dernier), j’ai présenté tous les produits en lien avec la cuisine : bols, tabliers, bougies et sachets désodorisants. Sur l’étagère du dessus, au niveau 3, j’ai installé 5 références de petits tableaux en bois et porte-clés. Afin de casser le rythme, j’ai créé une rupture visuelle avec une guirlande lumineuse. Elle permet de proposer une idée d’association de décoration aux clients. Pour l’étage 2, j’ai à l’inverse 4 références de guirlandes lumineuses, je les ai intercalées avec une tirelire en bois plus imposante pour que l’œil circule sur mon étagère.

.

Pourquoi avoir choisi cet ordre de présentation ?

Il faut savoir que les étages 2 et 3 sont ceux à hauteur des yeux et des mains. Ils sont soit les plus visibles par le client. Mon choix de mettre ces produits de décoration en avant a été décidé par la forte marge et les petits prix appliqués.

Si vous regardez la présentation dans son ensemble : j’ai effectué plusieurs symétries entre les étagères du haut et du bas, en installant les guirlandes lumineuses au même endroit de chaque côté. J’ai fait la même chose sur les 3 niveaux du milieu avec parfois une rupture au milieu :

  • 1Niveau 2 : guirlande, tirelire, guirlande / guirlande, tirelire, guirlande
  • 2Niveau 3 : cadre bois, guirlandes, cadre bois / porte-clés / cadre bois, guirlandes,
    ..cadre bois
  • 3Niveau 4 : tablier, bol, bougie / sachet senteur / tablier, bol, bougie

.

Cet exercice de symétrie permet, à votre client, de parcourir toute votre implantation avec intérêt. En effet, il a toujours un nouveau produit à découvrir sur chaque étagère, mais en même temps ce n’est pas désordonné. Si vous n’associez pas vos produits avec cohérence et en une suite logique, votre client risque de ne pas comprendre ou de s’y perdre... et finalement ne rien voir !

.

Voici un exemple de ce qu’il ne faut pas faire :

  • Surcharge visuelle donc lisibilitée difficile
  • Produits trop mélangés donc pas de lecture claire
  • Produits désordonnés en style et besoin donc pas de cohérence
  • Trop de superposition d’articles sur le bas de gondole
  • Trop de références différentes sur une petite surface

.

Pour terminer, il est important de créer un effet de masse, tout en rythmant avec des produits similaires ou qui s’associent. Vous arriverez mieux à comprendre cette dernière notion avec l’étape qui suit…

.

Etape 3 : Le remplissage

Comme son nom l’indique, il faut dorénavant intégrer tout le stock dans votre espace. Mon conseil est de remplir toutes vos étagères en fonction de votre musée : respectez-le et ajustez-le ensuite ! En effet, il est fort probable que vous ayez quelques aléas et qu’il vous reste quelques produits en surplus. Ne vous précipitez pas, car vous aurez la place de resserrer vos lignes ou vous aurez des trous à combler. Quoiqu’il en soit c’est seulement à la fin que vous pourrez vous rendre compte de cela.

.

.

Si je reprends mon exemple, je me suis aperçue :

  • qu’il y avait 3 sortes de tirelires sur le niveau 2,
  • que j’avais trop de sachets senteur, j’ai donc pu les doubler sur le niveau 3
  • et pour finir que j’avais une autre référence de bougie, je l’ai donc intégrée sur le niveau 4.

En installant tous mes produits, j’ai pu ajuster ma présentation avec les contraintes de stock. J’ai respecté au maximum mon musée, ce qui m’a permis d’avoir un résultat cohérent, efficace et esthétique. Et surtout de n’avoir aucun stock en réserve !

.

Etape 4 : Finalisez par la communication

Lorsque vous terminez une implantation, vous devez toujours la finaliser par la communication, notamment celle du prix. Il y a les étiquettes sur chaque produit, mais également sur les étagères ou sur un présentoir à côté. De plus, vous pouvez aussi porter l’attention sur un produit en particulier en indiquant de manière plus importante le prix. D’ailleurs, il est également possible d’ajouter des communications informatives, explicatives, indicatives, visuelles, techniques… Tous ces éléments ont pour but d’aider à mieux vendre les produits.

.

.

Pour terminer sur mon implantation, j’ai ajouté les étiquettes prix sous chaque référence, j’ai également rythmé les nez de gondoles avec des bandes de couleurs afin de rendre la présentation plus décorative et faire ressortir les prix.

.

Pour conclure, je vous dirais que la communication, qu’elle soit écrite ou visuelle, se doit d’être un élément complémentaire au produit que vous vendez. Elle doit permettre une meilleure vente de produit. Sans cette finition votre présentation sera incomplète et ne pourra pas fonctionner..

Je pense que ce sont parfois de petites choses qui font toute la différence.

.

J’espère que cet article vous aidera pour vos prochaines implantations.

Si vous souhaitez avoir un autre exemple d’implantation, je vous propose de lire
l’instant critique n°5 de Dani-Rae and Compagny qui propose une très belle présentation en harmonie colorée.

.

Vous pouvez également retrouver plus d’informations dans ce livre :

.

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires

  1. Super intéressant ! Je ne suis pas dans le commerce mais j’ai bien apprécié !

  2. Je l’ai déjà précisé dans un précédent commentaire comme quoi je ne suis pas commerçant, mais j’adore lire les articles de ce blog. Ça pique ma curiosité, et maintenant lorsque je rentre dans une boutique, j’observe beaucoup plus l’agencement. Toujours aussi intéressant. Merci !

  3. Coralie Ingelbert says:

    Bonjour, jolie découverte, je ne suis pas commerçante, mais j’anime souvent des stands et certains de vos conseils sont intéreesants aussi pour notre “Montage”. Merci !

  4. Par le passé, j’ai pu travailler pendant quelques années dans le commerce. Il est vrai que le facing et l’implantation des produits est déterminant pour la bonne lisibilité et bien entendu, permet de guider le client de manière implicite.
    Très intéressant et je pense fondamental pour quiconque travaille dans le commerce !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :